Liste et descriptifs des partenaires

1 - AUF asbl

L’Agence universitaire de la Francophonie, Délégation chargée des relations avec l’Union européenne (AUF asbl) est une association d’établissements d’enseignement supérieur faisant partie de l’Agence universitaire de la Francophonie.

Association internationale créée il y a plus de 50 ans, l’AUF regroupe des universités, grandes écoles réseaux universitaires et centres de recherche scientifique utilisant la langue française dans le monde entier. Avec un réseau de plus de 800 adhérents dans 106 pays, elle est l’une des plus importantes associations d’institutions d’enseignement supérieur et de recherche au monde. L’AUF promeut ainsi une francophonie universitaire dynamique impliquée dans le développement économique et social des sociétés, favorise la coopération entre ses institutions membres et les accompagne dans leur dynamique de structuration.

Voir le site web

2 - Université de Liège

L’Université de Liège (ULg) est une des trois universités complètes de la Communauté française de Belgique. Elle accueille 22 000 étudiants, parmi lesquels 22% sont étrangers. 24% de ses diplômés ont une expérience de mobilité à l’étranger et 40% de ses doctorants sont recrutés à l’international.

Plus de 1500 accords concrétisent la collaboration en enseignement et recherche avec plus de 68 pays. L’ULiège s’engage vis-à-vis de ses partenaires du Sud, dans les programmes de coopération et à travers des initiatives innovantes, comme sa « plateforme Afrique Centrale ».

L’ULg a été classée 201e dans le Time Higher Education, 9e dans top-10 du ranking international de The Scientist pour post-docs et est détentrice des Labels européens ECTS et DS en 2009, valides jusqu’en 2016.

Voir le site web

3 - CIRAD

Le CIRAD est un établissement public à caractère industriel et commercial, placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère des Affaires étrangères.

En partenariat avec les pays du Sud, le Cirad produit et transmet de nouvelles connaissances, pour accompagner leur développement agricole et contribuer au débat sur les grands enjeux mondiaux de l’agronomie. Il établit sa programmation à partir des besoins du développement, du terrain au laboratoire, du local au planétaire. Ses activités relèvent des sciences du vivant, des sciences sociales et des sciences de l’ingénieur appliquées à l’agriculture, à l’alimentation et aux territoires ruraux. Le CIRAD s’engage sur des défis complexes et évolutifs : sécurité alimentaire, gestion des ressources naturelles, inégalités et lutte contre la pauvreté.

Il dispose d’un réseau mondial de partenaires et de 12 directions régionales, à partir desquelles il mène des activités de coopération avec plus de 100 pays. En France, il met à la disposition des scientifiques un important dispositif de recherche et de formation situé à Montpellier et dans l’outre-mer français. Le Cirad a 1650 agents dont 800 chercheurs travaillant dans 34 unités de recherche. Il investit près de 5 millions d’euros dans les formations doctorales. Ainsi  plus de 300 doctorants sont encadrés chaque année, dont 60% sont originaires d’un pays du Sud. Le Cirad dispose d’un budget annuel de 197 millions d’euros (en 2014).

Voir le site web.

4 - UPEM

Jeune Université, créée en 1991 dans le cadre du plan Université 2000, l’Université de Marne-la Vallée est un Etablissement Public à caractère Culturel, Scientifique et Professionnel. Elle prend une nouvelle dénomination en 2007 et devient Université Paris-Est Marne-la-Vallée, suite à la création de l’Université Paris-Est (anciennement PRES et depuis le 22 juillet 2013 Communauté d’Universités et Etablissements) dont elle est membre.

L’UPEM propose plus de 180 formations diplômantes dont 107 diplômes ouverts à l’apprentissage et comptabilise plus de 2 300 apprentis, en se classant sur ce point comme 1ère en France.

Voir le site web

5 - ENSG

L’ENSG est une grande école d’ingénieur dépendant de l’Institut national de l’information géographique et forestière. Elle intervient dans ses domaines de compétences reconnus :

  • La géomatique
  • L’enseignement à distance

L’ENSG forme les professionnels de tous les secteurs concernés par la production et l’utilisation d’information géographique. Ses enseignements vont des technologies d’acquisition, de traitement et d’intégration des données dans les SI, à leur utilisation décisionnelle.

Les formations alliant les approches « géomatique » et « métier » permettent de s’adapter à un public large, pour faire évoluer son expertise. Les étudiants acquièrent une double compétence, liant la maîtrise de l’information géographique à leur thématique.

L’ENSG s’appuie des laboratoires internationalement reconnus dont les actions de recherche couvrent les différents domaines de la Géomatique (Géodésie, Télédétection, SIG) et ses application (suivi de la végétation et des forêts, aménagement du territoire, etc.).

Elle a acquis une expérience unique en création et édition de ressources numériques facilement actualisables et réutilisables, assurant la pérennité de ses formations en ligne.

Voir le site web

6 - CIEP

Créé en 1945, établissement public national depuis 1987, le CIEP est un opérateur du Ministère de l’Education nationale. Ses missions s’articulent autour de 3 axes d’activité :

  • L’appui à la diffusion de la langue française dans le monde, par la formation de formateurs et de cadres éducatifs, et par la délivrance de certifications en français ;
  • La coopération dans les domaines de l’éducation, de la formation professionnelle et de la qualité de l’enseignement supérieur ;
  • La mobilité internationale des personnes, à travers des programmes d’échanges d’assistants de langue et de professeurs, ainsi que la délivrance d’attestations de comparabilité des diplômes étrangers.

Pour conduire ses actions, il s’appuie sur le savoir-faire d’une équipe de 250 personnes, ainsi que sur un réseau de plus de 1000 experts et de partenaires nationaux et internationaux.

Voir le site web

7 - UL

Créée en 2012 par le regroupement de 4 universités du territoire régional, l’Université de Lorraine (UL) compte plus de 3 700 enseignants et enseignants-chercheurs permanents, plus de 55 000 étudiants (dont 1800 doctorants) l’UL est l’une des plus grandes universités pluridisciplinaires de France.

Implantée au cœur de l’Europe, l’UL est un des membres du réseau universitaire frontalier de la Grande Région regroupant la Lorraine, la Sarre, le Rhénanie-Palatinat, le Luxembourg et la Wallonie, et impliquant 7 Universités européennes. L’université dispose d’une large expérience au travers de ses nombreux partenariats internationaux.

L’activité scientifique de l’UL est organisée au sein de ses 61 laboratoires de recherche regroupés autour de 10 secteurs thématiques et 8 fédérations de recherches couvrant un large éventail de champs et de sujets disciplinaires.

En outre, l’UL accueille des plates-formes technologiques comprenant des équipements d‘excellence fournissant aux équipes de recherche les appareillages les plus efficaces.

Comme principal succès récent, l’UL et l’ensemble de ses partenaires territoriaux (EPST et hôpital) ont été retenus pour la mise en œuvre de leur projet I-SITE. Cette initiative, marque « d’Excellence de l’Université de Lorraine », est organisé pour contribuer à relever les principaux défis socio-économiques par les apports de la recherche, de l’éducation et de l‘innovation.

Voir le site web

8 - Université de Catania

L’Université de Catane, fondée en 1434, est un établissement public dépendant du ministère de l’Université et de la Recherche. L’Université de Catane a une forte orientation internationale et participe aux programmes-cadres de l’Union européenne pour la recherche avec plus de 200 partenariats scientifiques nationaux et internationaux. L’Université de Catane participe à de nombreux autres programmes européens de recherche (LIFE, INTERREG, Italie-Malte, INTERREG-MED, ENPI Cross-border-coopération, CBC-MED, IEVP Italie-Tunisie, Horizon 20-20), des initiatives internationales qui soutiennent la recherche et la mobilité, ainsi qu’à des programmes nationaux de recherche (FIRB, PON, POR, PRIN).

Parmi les divers domaines de recherche développés dans 24 départements (Environnement, Agro-alimentaire, architecture, économie, droit, ingénierie, mathématiques, physique, sciences humaines, médecine, sciences naturelles, chimie, etc.), le Département d’Agriculture, Alimentation et Environnement (Di3A) joue un rôle clé dans l’analyse des politiques de sécurité et de sureté alimentaire,  des risques environnementaux et socio-économiques lié à la sécurité alimentaire et de la vulnérabilité au niveau  régional méditerranéen (pays de l’UE, des Balkans, Sud-est pays méditerranéens, pays méditerranéens d’Afrique du Nord) et internationale.

Voir le site web

9 - Universidade NOVA de Lisboa

L’université de la NOVA a été fondée en Août 1973 et est la plus jeunes des 3 universités d’Etat lisboètes. L’Université a adopté un nouveau modèle privilégiant une approche multidisciplinaire.

La NOVA est par ailleurs engagée pour la construction de l’European Higher Education Area et toutes ses formations sont organisées selon les principes du processus de Bologne. L’université est composée de cinq Facultés (Science et Technologie, Sciences Humaines et Sociales, Gestion et Economie, Médecine, Droit), trois Instituts (Médecine Tropicale, Technologie et Biochimie, Statistique et Gestion de l’Information) et une Ecole de Santé Publique, et offre quatre niveaux de formation : Licence (1er cycle), Master (2ecycle), Doctorat (3ème cycle) et Diplôme d’Etudes Approfondies, dans de vastes domaines de disciplines.

La NOVA compte environ 19.000 étudiants, 1.100 enseignants et 500 personnes faisant partie du personnel non enseignant. Elle présente un système de gestion unique au Portugal, le Recteur et les Vice-Recteurs se réunissant directement avec les directeurs des différents pôles, afin que toutes les décisions stratégiques importantes soient prises conjointement.

Voir le site web

10 - Université Cadi Ayyad de Marrakech

L’Université Cadi Ayyad est une jeune université, créée en 1978, qui n’a cessé d’évoluer et confirmer son positionnement aux niveaux national et international, autant par l’évolution de son effectif d’étudiants que par la diversification de son offre de formation, ou encore par la recherche et le rayonnement national et international. Elle a développé un réseau de coopération inter universitaire avec différents pays de l’Union Européenne, avec l’Amérique du Nord, et avec plusieurs pays des autres régions du monde.

Dans ce cadre, l’Université entretient plus de 400 relations de partenariats avec ces universités étrangères depuis 2003 et participe à de nombreux programmes de coopération internationale dans le cadre de financements européens et internationaux. Concernant les programmes d’échanges, l’UCA est partenaire actif du programme Tempus-Meda, 7ème Programme-cadre de recherche et de développement (7ème PCRD), le programme de l’agence universitaire de la Francophonie (AUF) ….

La sureté et sécurité alimentaires sont parmi les principales priorités en matière d’enseignement et de recherche à l’UCA. Des laboratoires de recherche ont fait de cette problématique leur principal axe de recherche à l’université. En outre, des formations touchant à ce domaine ont également été mises en place en cycle d’ingénieurs et en master.

Voir le site web

11 - Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès

Depuis sa création en octobre 1975, l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah a connu une expansion importante tant au niveau de la structure et du nombre d’établissement qu’à celui des effectifs des enseignants chercheurs, cadres administratifs et étudiants. En effet, L’université dispose de plus de 1439 enseignants et chercheurs de haut niveau et plus de 1120 administratives et techniciens, avec un effectif d’étudiants qui dépasse 95 000 étudiants. L’USMBA se compose de douze facultés et écoles et 98 laboratoires et six centres de recherche doctorale travaillant sur 20 axes de recherche.

Tout ceci lui confère une place de choix dans la carte universitaire du Royaume. Elle a pour mission d’assurer l’enseignement et la recherche scientifique dans les domaines des sciences, des techniques, des sciences économiques, sociales, juridiques et humaines. L’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah a su, dès sa création, accompagner le développement socio-économique de la région centre du Nord par la formation de cadres et de techniciens qualifiés et spécialisés.

L’USMBA est également la première université à accueillir une cité de l’innovation, qui a pour mission d’améliorer la culture entrepreneuriale et l’innovation au Maroc.

Voir le site web

12 - Université Abdelmalek Essaâdi Tétouan-Tanger

L’Université Abdelmalek Essaâdi a été créée en 1989 pour couvrir l’espace universitaire de la région du nord du Maroc. Elle compte actuellement près de 67400 étudiants poursuivants leurs études dans 11 établissements universitaires répartis sur trois villes du nord du Maroc (Tétouan, Tanger et Larache). L’université propose 193 filières de formation et des structures de recherche aussi variées que complémentaires ; certaines filières abordent les aspects de la sûreté et la sécurité alimentaire. Ces démarches ont été initiées par un des premiers projets Tempus au Maroc GUCA2004-2006 (Gouvernance de l’Université en Contexte d’Autonomie) qui a été poursuivi dans le même domaine avec l’appui d’un autre projet AQUAM 2006-2008 (Assurance Qualité et Accréditation dans les universités marocaines). D’autres projets tels que MADIP 2008-2011 (Mesure d’Accompagnement des Diplômés à l’Insertion Professionnel), GNUM 2008-2011 (Gouvernance Numérique des Universités Marocaines), OSMOS 2010-2013 (Ouverture Structurée Université – Monde Socioéconomique), MISSION 2012-2015 (Mise en place d’un Service de Système d’Information Opérationnelle Nationale), GO-UNIV 2013-2016 (Renforcement de la gouvernance  dans les universités marocaines) etc. ont contribué à  l’amélioration de la gouvernance et de la qualité des services rendues aux étudiants et à tous les acteurs de l’université.

Voir le site web

13 - Université de Lubumbashi

L’Université de Lubumbashi résulte de plusieurs moments de changements. Elle est l’aboutissement d’une longue histoire qui commence par sa création en 1955 par le Décret Royal Belge du 26 octobre pour devenir Université de Lubumbashi par Ordonnance Présidentielle n° 81/143 du 3 octobre 1981.

L’Université de Lubumbashi est une des grandes Universités publiques en République Démocratique du Congo comportant 1198 enseignants et 20438 étudiants.  Située dans la province dite cuprifère du Katanga dans le sud du pays, elle a l’avantage de se situer dans un environnement naturellement riche. Bénéficiant ainsi d’une particulière générosité de la nature : la faune, la flore, le sol et sous-sol font de cette province une curiosité géologique et un site des recherches scientifiques par excellence. Elle dispose de 15 facultés et écoles. Elle est fréquentée tant par des étudiants étrangers d’Afrique que par des étudiants européens.

L’Université de Lubumbashi a pour missions de :

– Assurer la formation des cadres de conceptions dans les domaines les plus divers de la vie nationale. A ce titre, elle dispense des enseignements inscrits à ses programmes de manière à favoriser l’éclosion des idées neuves et le développement des aptitudes professionnelles.

– Organiser la recherche scientifique fondamentale et appliquée orientée vers la solution des problèmes spécifiques du Congo, en tenant compte de l’évolution de la science, des techniques et de la technologie dans le monde.

– Rendre service à la communauté. L’UNILU contribue à l’effort de développement de la société qui l’abrite mais également à celui de la nation Congolaise toute entière.

Par cette triple mission, l’Université de Lubumbashi contribuera à renforcer à l’effort de développement de la société environnante et de toute la République en mettant en place des stratégies qui devront permettre aux diplômés étudiants d’être employables et de renforcer les mécanismes de prise en compte des défis sociétaux. Les réponses adaptées à ces problèmes permettront de renforcer les liens entre l’Université et le secteur public ou privé.

Voir le site web

14 - Université de Kinshasa

Formation de l’élite congolaise, laboratoire où se forgent les stratégies appropriées, scientifiquement objectives pour sortir le pays de la pauvreté et l’engager dans la voie du développement durable, la vision de l’Unikin est de se maintenir dans la ligne d’excellence tracée par ses fondateurs, et d’offrir à ses étudiants un enseignement et une formation guidés par la créativité, l’innovation et l’excellence.

La mission de l’université de Kinshasa vise à faire de l’étudiant et de la contribution de cet étudiant au développement socioéconomique et social de son pays, le centre de toutes ses activités de formation et de recherche, et de développement de la communauté. Par exemples :

  • Donner une formation globale de haut niveau aux jeunes et aux adultes admis à l’université, leur permettant de s’adapter à la société et de participer à son évolution ;
  • Favoriser la contribution de l’université au développement de la région de Kinshasa en particulier, et de la république démocratique du Congo en général ;

L’UniKin offre des possibilité diverses et variées de formation à ses étudiants de trois cycles des études. Basée sur un campus moderne qui s’étend sur une superficie de 400 hectares, elle dispose d’un imposant patrimoine immobilier composer de bâtiments facultaires, d’un bâtiment administratif, d’un complexe abritant la faculté de médecine et les cliniques universitaires, des résidences pour étudiants et pour les professeurs, et des installations sportives. Il s’agit de l’un des campus les plus modernes et les plus importantes en Afrique subsaharienne.

Voir le site web

15 - ERAIFT

L’Ecole Régionale Postuniversitaire d’Aménagement et de Gestion intégrés des Forêts et Territoires tropicaux (ERAIFT) est une Ecole régionale créée en 1999 grâce au partenariat entre la République démocratique du Congo (RDC) et l’UNESCO (Centre de catégorie 2). Il s’agit d’une Ecole de droit congolais, organisant des formations de troisième cycle. Elle est  financée par de nombreux  Partenaires  dont : La République Démocratique du Congo, l’Union Européenne, le Royaume de Belgique, l’UNESCO, la Coopération Japonaise au travers de l’OIBT et du RIFFEAC, la FAO,  Wallonie Bruxelles International depuis 2010 et l’Awac depuis 2016, le Centre pour le partenariat et la Coopération de l’Université de Liège, Belgique Pacodel – Ulg, la BAD et la CEAC au travers du Programme d’appui à la conservation des écosystèmes du bassin du Congo (PACEBCO) depuis 2010, US Forest Service (USFS/USAID), la GIZ au travers du RIFFEAC.

L’ERAIFT a une dimension régionale importante. Elle associe 10 autres pays africains, sur base de  l’approche du Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) et de son Réseau mondial de réserves de biosphère. Depuis 2001, les étudiants profitent se son « Laboratoire de Géomatique Appliquée et Environnemétrie ».

Voir le site web

16 - Université Cheikh Anta Diop Dakar

Créée le 24 février 1957, l’Université de Dakar fut officiellement inaugurée le 09 décembre 1959. La vision de l’UCAD est d’être une université performante au service du développement du Sénégal et de l’Afrique. Ses missions fondamentales sont :

  • La formation des personnels de haut niveau, scientifiquement et techniquement qualifiés ;
  • Le développement de la Recherche dans toutes les disciplines de la Science, de la Technique et de la Culture ;
  • La mobilisation de l’ensemble des ressources intellectuelles au service du développement économique et culturel du Sénégal et de l’Afrique.

L’UCAD compte environ 1370 enseignants, 1270 personnels administratifs, techniques et de service et plus de 80 000 étudiants.

La formation et la recherche dans les domaines agricole et agro-alimentaire sont conduites dans certaines structures dont la Faculté des sciences et techniques, la Faculté de médecine et pharmacie, l’Ecole supérieure polytechnique. Dans ces domaines, les objectifs visés sont : la maitrise des procédés, des technologies et des outils de productions végétales et animales ; la mise au point de technologies de transformation ; l’atteinte de la sécurité des aliments et des personnes. Ainsi, les projets des chercheurs de l’UCAD dans ces domaines ont pour objectif de contribuer à la lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire par la diffusion de techniques et de technologies performantes de production et de transformation.

Voir le site web

17 - Université Gaston Berger Saint Louis

L’Université de Saint-Louis a été créée par la loi 90-03 du 02 janvier 1990 et rebaptisée Université Gaston Berger (UGB) le 10 Juillet 1996. L’UGB est la deuxième université publique du Sénégal, et a pour mission fondamentale « de participer à la formation des cadres supérieurs du Sénégal et des autres pays qui ont recours à elle, de contribuer à la recherche scientifique au niveau national et international, de promouvoir et de développer les valeurs culturelles africaines ».

L’UGB est implantée au Nord du pays, dans la vallée du fleuve Sénégal qui constitue le pôle principal d’agriculture irriguée pour l’atteinte de la sécurité alimentaire. L’université s’étend sur une superficie de 240 ha. Elle compte 8 Unités de Formation et de Recherche (UFR) et 5 Instituts d’Université.

Les effectifs de l’Université Gaston Berger sont répartis en :

  • Personnel d’Enseignement et de Recherche (PER), au nombre de 279 ;
  • Personnel Administratif, Technique et de Service (PATS), au nombre de 465 ;
  • Etudiants, au nombre de 9. 645 en 2014, et provenant de 22 pays en plus du Sénégal.

Les UFR des Sciences Agronomiques de l’Aquaculture et des Technologies Alimentaires (S2ATA), et des Sciences de la Santé (2S) sont les leviers de la mise en œuvre de la coopération axée sur la sécurité alimentaire et la qualité des aliments. Certains enseignant-chercheurs de ces deux UFR sont membres du Comité National du Codex Alimentarius du Sénégal ou du comité Senior Expert Dialogue (SED) pour les Sciences, Technologies & Innovations de la commission économique pour l’Afrique des Nations.

Voir le site web